Mise en place d’une stratégie de discrimination de huit anticorps monoclonaux par FIA-UV par l’utilisation d’une matrice de confusion : application au pembrolizumab

J. Siboni1, B.Muhiu1, C. Mequinion1, A. Sifaoui1, E. Caudron1,2, L. Lê 1,2
1 Service de Pharmacie, Hôpital européen Georges Pompidou, APHP Centre Université de Paris, France
2 Equipe Lip(Sys)² Chimie analytique pharmaceutique, Faculté de Pharmacie, Université Paris Saclay, Chatenay-Malabry, France

Introduction
Afin de sécuriser l’activité de production des chimiothérapies, diverses approches basées sur un contrôle visuel ou analytique peuvent être mises en œuvre. Les méthodes analytiques exploitent le plus souvent les propriétés spectrales des molécules pour leur quantification et/ou leur discrimination. À la vue des similitudes structurales de certaines macromolécules, l’analyse discriminante par des méthodes spectrales de spécialités toujours plus nombreuses est un véritable défi. Le référencement d’une nouvelle spécialité dans la bibliothèque spectrale peut fragiliser la discrimination des autres molécules avec un risque de confusion. Ce travail propose une stratégie pour le développement d’un modèle de discrimination spectrale robuste appliqué au pembrolizumab (PBZ) parmi sept autres anticorps monoclonaux (Acmos).

Objectif
Mettre en place un contrôle analytique des préparations de PBZ par FIA (injection directe dans le flux) avec une détection UV.
Matériel-méthodes : L’analyse du PBZ est réalisée par FIA-UV (3 µL injectés dans un fluide porteur de NaCl à 0,9% à 1 mL/min). L’analyse quantitative est effectuée à 280 nm et validée selon les recommandations de la SFSTP. La discrimination est réalisée par comparaison des spectres acquis entre 275 et 300 nm après une dérivée seconde avec la bibliothèque spectrale préenregistrée comprenant 7 Acmos. Afin de garantir la robustesse de la discrimination, une matrice de confusion (MCF) a été élaborée pour les Acmos (tocilizumab (TCZ) et de trastuzumab (TRZ)) présentant des reconnaissances spectrales critiques avec le PBZ. Ainsi, 47 échantillons de la vie réelle (TCZ n=7, TRZ n=6 et PBZ n=34) ont été analysés sur les 3 méthodes d’analyse.

Résultats
Avec une répétabilité et une fidélité intermédiaire maximales respectivement de 0,4% et 0,7%, un coefficient de corrélation de 0,9999, la méthode quantitative a été validée pour une gamme de concentration comprise entre 1,5 à 9,625 mg/mL. Sur les 34 échantillons de PBZ, 100% présentaient une reconnaissance conforme selon la méthode développée. La MCF a permis de confirmer la robustesse de la reconnaissance avec une absence de reconnaissance spectrale croisée pour TCZ et TRZ.

Discussion-conclusion
Le mois qui a suivi la mise en place de la méthode, 162 préparations de PBZ ont été analysés avec un taux de NC de 0% et une ER% moyenne de -2,91% sur l’analyse quantitative. 100% des échantillons ont présenté une reconnaissance spectrale conforme et aucun recoupement spectral n’a été observée avec les sept autres anticorps. À la vue des similitudes spectrales de ces macromolécules en UV, la réalisation de MCF constitue un outil particulièrement intéressant pour garantir la reconnaissance spectrale. Cette étape devrait être réalisée de manière systématique pour étudier la robustesse de l’analyse discriminante.
Voir la présentation

Forum de discussion

Le GERPAC met à disposition des adhérents à jour de leur cotisation un forum dédié spécifiquement aux discussions sur la PHARMACOTECHNIE

Aller au forum

GERPAC
Association Loi 1901
Siège social : Chez Jean-Yves Jomier / 8ter rue Léon Bussat, 64000 PAU
Immatriculation formation N° 72 64 035 30 64
Contacts Mentions légales - Gestion des données personnelles
Réalisation : studiomaiis.net - développeur web freelance