L’interruption de tâche, une banalité du quotidien ?

Charly PATRY , Léa ATME, Anne-Marie VIDAL, Delphine BOLLE, Lobna JEMOUR, Damien BRUEL Pharmacie, Centre Hospitalier du Mans, 194 Avenue Rubillard, 72037 Le Mans

Introduction
Selon la HAS, l’interruption de tâche (IT) est l’arrêt d’une activité induisant une rupture dans le déroulement de l’activité et une perturbation de la concentration de l’opérateur.
Ce travail a consisté à identifier les causes d’IT au sein de notre unité de reconstitution des chimiothérapies (URC) sur l’ensemble du processus de fabrication et trouver des solutions pour les limiter.

Matériel et méthode
1-Identification des étapes à risques lors du processus de fabrication
2-Elaboration d’une grille de recueil des observations selon les critères de l’HAS (Guide 2016)
3-Observation de 3 taches jugées critique dans le processus (validation pharmaceutique ; gestion de salle ; fabrication)
4- Observation de 7 PPH et 3 PH sur 4 demi-journées,
5-Analyse des résultats et restitution à l’équipe avec proposition d’axes d’améliorations

Résultats
Sur le poste de validation pharmaceutique : 43% des IT sont non justifiées (bruit environnant ou discussions avec un collègue pharmacien) versus 57% qui sont justifiées (apport d’information par une infirmière ou demande d’information par un PPH/pharmacien).
Dans la zone de production de chimiothérapie : les IT des gestionnaires de salle sont justifiées dans 85% des cas et concernent presque exclusivement des contrôles de fabrication. Celles des manipulateurs ne sont pas justifiées dans 65% des cas (distractions, volontaires ou non).
Ces résultats ont été restitués à l’équipe avec des propositions d’actions pour limiter les IT s’articulant autour de 4 axes : action sur les sources, amélioration du travail en équipe, gestion de la tâche secondaire, mise en place d’actions physiques.

Discussion et conclusion
La restitution à l’équipe a permis deux choses essentielles : resensibiliser l’équipe aux possibles conséquences de l’IT (risque majeur d’erreur médicamenteuse, perte de temps sur l’ensemble du circuit des chimiothérapies), et la mise en place d’actions pour les limiter. Globalement, l’équipe a accepté l’ensemble des points d’améliorations, qui ne nécessitait pas une réorganisation majeure du processus de fabrication mais pourrait avoir un impact positif notamment en termes d’ergonomie des postes. Elle attend beaucoup l’arrivée d’une caméra de contrôle de fabrication qui permettra de diminuer les IT du gestionnaire de salle.
Dans un second temps, il serait intéressant de faire une deuxième étude observationnelle pour évaluer l’efficacité des actions mises en place.
Aussi, cette évaluation pourra s’étendre à d’autres activités de la pharmacie à fort risque d’erreurs médicamenteuses (picking, rétrocession…).

Visualiser le poster

Forum de discussion

Le GERPAC met à disposition des adhérents à jour de leur cotisation un forum dédié spécifiquement aux discussions sur la PHARMACOTECHNIE

Aller au forum

GERPAC
Association Loi 1901
Siège social : Chez Jean-Yves Jomier / 8ter rue Léon Bussat, 64000 PAU
Immatriculation formation N° 72 64 035 30 64
Contacts Mentions légales - Gestion des données personnelles