Développement et validation d’une méthode de dosage quantitatif du baclofène 10 mg, 20 mg et de ses produits de dégradation pour l’étude de la stabilité d’un médicament expérimental.

Z. Mokdadi1, E. Vissac1, M. Venet1, C. Marchand1, C. Dhelens1, C. Merienne1, F. Pirot1, 2
[1] : Pharmacie, Hôpital Edouard Herriot, Lyon France
[2] : Laboratoire de Pharmacie Galénique Industrielle, ISPB, Lyon, France

Contexte
La Pharmacie à Usage Intérieur (PUI) a été sollicitée pour le développement de deux formulations de gélules de Baclofène (B) 10 mg, 20 mg et leurs placebos pour un essai clinique. L’objectif principal de notre étude est de développer et de valider une méthode de dosage du B et de son impureté A, indicatrice de stabilité par HPLC-DAD-SQ pour le contrôle de ces gélules et l’étude de stabilité.

Matériels et méthodes
La gamme d’étalonnage a été réalisée avec 3 standards de calibrations : 18, 25 et 32 µg/mL, les standards de validation étaient de 20, 25 et 30 µg/mL. L’HPLC comprenait une phase stationnaire octadécylsilylée thermostatée à 20°C (150 mm x 2,1 mm, 2,6 µm). La phase mobile, composée d’un tampon formiate d’ammonium (TFA) 5mM (pH = 3) et de méthanol + 2% de TFA 5 mM (pH = 3) était injectée en mode gradient (0-3 min : 70% TFA, 3-4 min : 30% TFA, 4-6 min : 70% TFA). Le volume d’injection était de 5 µL, le débit de la pompe était de 0,4 mL/min et la longueur d’onde utilisée était de 330 nm. Les paramètres du SQ étaient les suivants, la température du gaz est de 350 °C, le débit était de 12 L/min avec une pression de 35 psig et un voltage de 3000 V. La détection se fait à 214 m/z et à 196 m/z respectivement pour le baclofène et son impureté A. Le profil d’exactitude réalisé conformément aux recommandations du GERPAC et de la SFSTP évalua la linéarité, la fidélité, la justesse, les limites de quantifications ainsi que l’inexactitude de mesure en fonction des concentrations. Des dégradations forcées (DF) étaient réalisés sur la poudre de B à usage pharmaceutique : traitement acide (2 M HCl, 3 h), alcalin (2 M NaOH, 3 h), photo-oxydant (265 nm, 6 h), thermique (60 °C, 15 jours), et oxydant (H2O2 3%, 9 jours) afin d’identifier des produits de dégradation.

Résultats
Le temps de rétention du B était de 1,64 min et de 3.87 min pour l’impureté A. Les paramètres de validation étaient tous conformes aux spécifications : linéarité R2 = 0,998 (R2 > 0,99), répétabilité à 1,48% et reproductibilité à 2,63 % (CV<5% et CV<8% par ANOVA) et justesse à 1,13 % (CV<10%). Les limites de l’intervalle de tolérance étaient toutes inclues dans l’intervalle d’acceptabilité prédéfini (10%). Les DF en conditions acides, alcalines, et photo-oxydantes ne permettaient pas la dégradation du B, et aucune impuretés et/ou produits de dégradations n’apparaissaient. En condition thermique, les DF dégradaient légèrement le B, mais faisaient apparaitre l’impureté A. Le B était dégradé en conditions oxydatives mais ne faisaient pas apparaitre l’impureté et/ou des produits de dégradations.

Discussion / Conclusion
Une méthode de dosage quantitatif indicatrice de stabilité des gélules de B par HPLC-DAD-SQ a été validée. Cette technique spécifique, simple et rapide nous permet de réaliser l’étude de stabilité des gélules dans le cadre de cet essai clinique.

Voir le poster

Forum de discussion

Le GERPAC met à disposition des adhérents à jour de leur cotisation un forum dédié spécifiquement aux discussions sur la PHARMACOTECHNIE

Aller au forum

GERPAC
Association Loi 1901
Siège social : Chez Jean-Yves Jomier / 8ter rue Léon Bussat, 64000 PAU
Immatriculation formation N° 72 64 035 30 64
Contacts Mentions légales - Gestion des données personnelles
Réalisation : studiomaiis.net - développeur web freelance