Toxicité des formulations oculaires

P. Rat Laboratoire de Toxicologie, Faculté de Pharmacie (Université Paris Descartes), Paris, France

L’activité hospitalière en ophtalmologie nécessite l’utilisation de formulations hospitalières oculaires spécifiques afin d’augmenter l’efficacité d’un antibiotique pour une meilleure diffusion dans l’œil (collyres fortifiés) ou de renforcer une formulation existante commercialisée, pour l’adapter aux spécificités ophtalmologiques. Ces formulations hospitalières oculaires sont généralement conçues à partir de principe actif base mais souvent dérivent de formulations orales ou injectables déjà commercialisées, que l’on adapte à la spécificité oculaire.
Malheureusement, ces formulations hospitalières induisent de nombreux effets secondaires toxiques qui sont à l’origine de nombreux cas de pharmacovigilance sur des médicaments ophtalmologiques.

Ces phénomènes de Toxicité sont dus à différents critères.
Les cellules oculaires sont parmi les cellules plus sensibles aux substances iatrogènes toxiques. Elles surexpriment notamment certains récepteurs de mort et d’inflammation (ex : récepteur P2X7) qui peuvent déclencher des mécanismes cytolytiques brutaux ou des phénomènes de toxicité retardée (apoptose).
Ainsi certaines substances, sans effets toxiques, dans des formulations injectables ou orales, vont induire des mécanismes inflammatoires importants, voire des phénomènes de dégénérescence ou perforations oculaires (ex cas de collyres aux fluoroquinolones. Les formulations oculaires doivent donc limiter ou éliminer ces substances potentiellement toxiques (ex- : conservateurs- Chlorure de benzalkonium, éthanol –collyre de ciclosporine) pour les cellules oculaires, même à très faible concentration.
Pour les formulations à visée intraoculaire, le choix des solvants est important pour ne pas perturber l’homéostasie ionique, essentielle pour des cellules du cristallin ou trabéculaires. Des solvants riches en cations (Mg/ Ca/ Zinc) seront à privilégier (ex BSS) comparativement à des solvants classiques (Nacl 0,9 %, tampon phosphate) pour ne pas induire de mécanismes inflammatoires réactionnels. De plus le conditionnement est à vérifier, car les bouchons en chlorobutyl élastomère, agréé pour les formulations injectables, pourraient induire des mécanismes inflammatoires avec des formulations oculaires.

Les formulations oculaires répondent donc à des règles particulières et spécifiques de production. N’hésitez pas à contacter des centres spécialisés en ophtalmologie (ex CHNO des 15/20- Paris) qui ont l’expérience de ces formulations.
Chaque formulation oculaire est donc un cas particulier qui nécessite une evaluation toxicologique des composants et de la formulation complète pour limiter le risque d’effets secondaires toxiques.

Forum de discussion

Le GERPAC met à disposition des adhérents à jour de leur cotisation un forum dédié spécifiquement aux discussions sur la PHARMACOTECHNIE

Aller au forum

GERPAC
Association Loi 1901
Siège social : Chez Jean-Yves Jomier / 8ter rue Léon Bussat, 64000 PAU
Immatriculation formation N° 72 64 035 30 64
Contacts Mentions légales