Stabilité d’une solution concentrée à 4g/L d’idarubicine conditionnée en seringue

Blandine Bourcier, Vincent Lebreton et Frederic Lagarce
Pharmaciens au CHU d’Angers, 4 rue Larrey - 49 933 Angers

Introduction
La chimioembolisation transartérielle est actuellement la méthode de référence dans le traitement de certains hépatocarcinomes non résécables. Cette intervention nécessite la préparation d’une émulsion constituée habituellement d’une anthracycline, dont l’idarubicine (IDA), et de Lipiodo®. Cette émulsion implique l’utilisation d’une solution aqueuse de concentration élevée d’IDA. Les données de stabilité disponibles ne concernent que les solutions usuellement utilisées à 1g/L. Cette étude a donc pour objectif d’étudier la stabilité d’une solution concentrée à 4 g/L d’IDA, conservée dans une seringue en polypropylène, pendant 7 jours à 5 ± 3°C.

Matériels et méthodes
La solution concentrée d’IDA à 4g/L a été préparée à partir de flacons poudre de ZAVEDOS® 10 mg, reconstitués avec 2,5 mL d’eau pour préparation injectable. Afin d’utiliser 1 seringue par point d’étude de stabilité, 8 flacons ont été reconstitués et conditionnés simultanément en seringue en polypropylène de 10 mL, bouchées et conservées à 5 ± 3°C. Chaque seringue a été analysée en triplicat à différents temps prédéfinis (2, 4, 20, 24, 48, 75, 168 heures).
Une méthode analytique de dosage a été développée par chromatographie liquide haute performance en phase inverse, associée à un détecteur UV à barrette de diodes et un spectromètre de masse simple quadripole. La validation analytique a été effectuée selon les ICH en vigueur. Afin que cette méthode soit indicatrice de stabilité, une étude des produits de dégradations a été réalisée. Certains d’entre eux ont pu être identifiés en comparant leurs caractéristiques spectrales aux données de la littérature.

Résultats et discussion
Après 7 jours d’analyse, la concentration d’IDA est restée proche de la condition initiale (100,2 % ±1,9%). L’aspect des chromatogrammes obtenus au cours de l’étude était strictement identique à celui de référence. L’étude de la pureté de pic via l’observation du spectre UV et du spectre de masse n’a pas révélée l’apparition de produits de dégradation. Aucun changement de caractère organoleptique n’a été observé, le pH mesuré au premier et au dernier jour est resté stable (4,79 ±0,06). Ces éléments convergent vers une stabilité de la solution concentrée d’IDA à plus de 90% pendant 7 jours dans les conditions de l’étude.
La dégradation forcée a mis en évidence une forte instabilité en milieu basique, oxydatif et acide concentré, alors que l’IDA semble stable sous exposition UV et à la chaleur. Des hypothèses sur les mécanismes de dégradation ont pu être ainsi émises, notamment la perte de l’aminosucre présent sur la molécule, ou l’oxydation du groupement acétyl.

Conclusion
Cette étude a permis de démontrer la stabilité chimique d’une solution concentrée d’IDA à 4 g/L en seringues de polypropylène entre 2 et 8 °C pendant 7 jours et de comprendre ses potentiels mécanismes de dégradation.

Forum de discussion

Le GERPAC met à disposition des adhérents à jour de leur cotisation un forum dédié spécifiquement aux discussions sur la PHARMACOTECHNIE

Aller au forum

GERPAC
Association Loi 1901
Siège social : Chez Jean-Yves Jomier / 8ter rue Léon Bussat, 64000 PAU
Immatriculation formation N° 72 64 035 30 64
Contacts Mentions légales - Gestion des données personnelles