Sachets de conditionnement externe anti-UV : sont-ils vraiment utiles ?

Jouini C, Claraz P, Benakouche S, Le Liboux J, Sabri A, Storme T
Pharmacotechnie pédiatrique, Pharmacie à usage intérieur, Hôpital universitaire mère-enfants Robert Debré, APHP.Nord, 48 Bld Sérurier 75019 Paris - France


Introduction
Afin d’assurer leur stabilité physico-chimique, les préparations stériles de notre unité sont suremballées dans un sachet anti-UV scellé. Dans une étude précédente, un modèle de photosensibilité basé sur l’utilisation de l’acide folique a été développé. Dans un contexte de changement de marché, l’objectif de ce travail est d’étudier et de comparer l’efficacité des différents Articles de Conditionnement Externe (ACE) proposés. Nous avons également évalué l’intérêt photoprotecteur de l’ajout d’un ACE anti-UV sur l’ensemble de notre circuit.

Matériel et méthode
Une solution d’acide folique à 100 µg/mL est répartie dans des poches et des seringues pour mimer nos préparations. Les différents échantillons sont soumis à une exposition lumineuse constante pendant un mois. Afin d’objectiver la dégradation, une cuve en quartz, une poche et une seringue stockées sans ACE sont les témoins positifs. La série de témoins négatifs est stockée à l’abri de la lumière.
Une série d’échantillons est emballée dans des sachets transparents ou anti-UV de différentes marques ou dans des suremballages opaques. La teneur en acide folique est déterminée à J0, J1, J2, J3, J6, J7, J14, J28.
Une deuxième série de préparations (seringues, poches) est réalisée afin d’évaluer leur exposition lors de notre circuit. Elles sont soumises aux mêmes conditions de libération, stockage et dispensation que nos préparations. Pour cette série, les dosages sont réalisés à T0, T30 min (exposition sur la paillasse avant libération) puis J1, J2, J3, J4 (exposition durant le temps de stockage (frigo, ambiant)), puis J4+1h (1h d’exposition pendant le transport) et enfin J4+1h30 (30 min d’administration dans le service de soins).
Les essais sont réalisés en triplicat.
La méthode de dosage de l’acide folique utilisée est celle de la Pharmacopée Européenne 10.4.

Résultats
Aucune dégradation n’est observée pour les préparations protégées par des suremballages opaques.
Il n’existe pas de différences significatives (pvalue > 0,05) entre les dégradations observées quel que soit le type de sachet « transparent », ou anti-UV.
Lorsque nous avons mimé notre circuit, l’utilisation d’ACE anti-UV ne limite pas significativement la faible dégradation observée (pvalue > 0,05).

Conclusion
Les sachets anti-UV n’ont pas montré d’efficacité photoprotectrice supérieure par comparaison aux sachets transparents. Ainsi, leur usage ne présente pas d’intérêt par rapport aux sachets transparents dans nos conditions d’utilisation. L’arrêt de leur utilisation représentera une économie pour l’hôpital (les sachets anti-UV étant 5 fois plus cher).
Cependant, dans nos conditions de conservation actuelles des préparations, même si l’exposition à la lumière est maitrisée, l’utilisation des suremballages opaques pour les préparations photosensibles reste indispensable.

Forum de discussion

Le GERPAC met à disposition des adhérents à jour de leur cotisation un forum dédié spécifiquement aux discussions sur la PHARMACOTECHNIE

Aller au forum

GERPAC
Association Loi 1901
Siège social : Chez Jean-Yves Jomier / 8ter rue Léon Bussat, 64000 PAU
Immatriculation formation N° 72 64 035 30 64
Contacts Mentions légales - Gestion des données personnelles