Réévaluation des pratiques en regard de la contamination chimique liée à l’activité de production de chimiothérapies : application de tests à la fluorescéine

A. Van Laethem, A. Acramel, A. Pingat, M. Daigremont, N. Harlez, C. Cros, A. Hurgon, L. Escalup
Département de Pharmacie, Institut Curie, Paris, France

Objectif
En 2018, nous avons effectué une campagne de prélèvements de surface sur l’intégralité du circuit des chimiothérapies injectables de nos 2 sites hospitaliers à la recherche de traces de cyclophosphamide (LC-MS/MS). Dans nos unités de production, une contamination des flacons et de nos préparations (surface externe et sites d’injection) avait été quantifiée de l’ordre du ng. En regard de ces résultats, nous souhaitions réévaluer nos bonnes pratiques de préparation et spécifiquement le bon usage des compresses afin de limiter le risque d’exposition professionnelle lié à la contamination de nos produits finis avec une méthode visuelle à fort impact pédagogique.

Méthodes
A l’initiative des préparateurs de l’unité, un groupe de travail a été constitué afin de rediscuter des étapes à risques en lien avec la décontamination des flacons d’anticancéreux et la production des chimiothérapies. Ces différents process ont ensuite été simulés par 3 préparateurs à partir de solutions de fluorescéine reconditionnées en flacon (avec flip-off) et en comparant différents scénarios. La contamination macroscopique sur les flacons, gants, champs et compresses a été évaluée visuellement à l’aide d’une lampe à UV.

Résultats
Les process suivant ont été étudiés en comparant les pratiques : (1) Décontamination des flacons avec retrait du flip-off ; (2) Retrait du flip-off ; (3) Décontamination du site de prélèvement des flacons ; (4) Mise en place du spike ; (5) Mise en place d’une prise d’air ; (6) Reconstitution avec spike ou à l’aiguille ; (7) Prélèvement au spike/spiros ou à l’aiguille ; (8) Injection dans la poche ; (9) Utilisation de boites à déchets. Les étapes les plus à risque de contamination environnementale ont été les suivantes : la manipulation du flip-off, la manipulation à l’aiguille, les déconnexions des différents dispositifs et l’élimination des déchets.

Discussion-Conclusion
Cette étude a été présentée à l’ensemble du département de pharmacie et de nouvelles recommandations ont pu être émises concernant nos pratiques. Ainsi, la décontamination des flacons sera réalisée sous sorbonne (1 lingette/flacon) en retirant le flip-off. Les spikes pourront être mis en place sans compresses. L’utilisation de la compresse s’avère impérative pour les manipulations à l’aiguille (prélèvement et retrait) et pour toutes déconnexions en prenant soin d’essuyer spike, spiros et sites d’injection. L’élimination des compresses devra être réalisée avec précaution, le renouvellement régulier des boites à aiguille, le re-capuchonnage des spiros et des aiguilles est également à promouvoir en respectant les consignes de sécurité. L’impact de ces différentes préconisations a été évalué lors de notre suivi annuel de la contamination chimique environnementale démontrant la possibilité d’atteindre des taux non détectables à non quantifiables sur la surface externe des flacons et des préparations.

Forum de discussion

Le GERPAC met à disposition des adhérents à jour de leur cotisation un forum dédié spécifiquement aux discussions sur la PHARMACOTECHNIE

Aller au forum

GERPAC
Association Loi 1901
Siège social : Chez Jean-Yves Jomier / 8ter rue Léon Bussat, 64000 PAU
Immatriculation formation N° 72 64 035 30 64
Contacts Mentions légales - Gestion des données personnelles