Reconditionnement des doses orales solides de médicaments dangereux : expérience québécoise

J.F. Bussières B.Pharm., M.Sc., FCSHP, MBA, chef, Département de pharmacie et Unité de recherche en pratique pharmaceutique, CHU Sainte-Justine,
Professeur adjoint de clinique, Faculté de pharmacie, Université de Montréal,
Montréal, Québec, Canada

Introduction

Il existe des risques pour la santé des travailleurs qui sont professionnellement exposés aux médicaments dangereux.

Objectifs

L’objectif est d’identifier les médicaments dangereux disponibles en formes orales solides, les modalités optimales de reconditionnement de doses orales disponibles et de discuter des modalités de précautions et de protection pour le personnel de la pharmacie et des services dans la manipulation de ces doses.

Méthodes

Revue documentaire et étude descriptive.

Résultats

La plus récente liste du National Institute for Occupational Safety and Health (NIOSH) publiée en 2014 compte 184 médicaments dont 87 ne sont pas des antinéoplasiques. Au Canada, la mise en marché de médicaments relève d’une compétence fédérale et l’exercice professionnel relève d’une compétence provinciale. Bien qu’il n’existe pas de statuts juridiques pour les médicaments dangereux au Canada, plusieurs provinces ont adopté des règles entourant la manipulation des médicaments dangereux, ciblant le plus souvent les antinéoplasiques. Au Québec, l’Association pour la santé et la sécurité au travail (ASSTSAS) ainsi que l’Ordre des pharmaciens du Québec ont publié respectivement en 2008 et 2015 des lignes directrices. De façon générale, les recommandations incluent une formation adéquate du personnel, le recours à des équipements de protection personnelle et un aménagement approprié, l’exclusion de ces produits des automates et des procédures d’entretien et de destruction. En établissement de santé, les formes orales solides de médicaments dangereux sont reconditionnés via les plateaux d’approvisionnement manuel des ensacheuses avec entretien ciblé ou manuellement à partir d’ensacheuses dédiées ou de sachets individualisés.

Discussion

Si l’application de ces recommandations est de plus en plus généralisée à l’échelle des départements de pharmacie et des pharmacies de ville, elle est encore en évolution dans les services, les cliniques externes et les domiciles des patients. Une enquête afin d’évaluer l’application de ces recommandations est souhaitable.

Conclusion

Des lignes directrices québécoises proposent des modalités générales entourant le reconditionnement des doses orales solides de médicaments dangereux. Des recommandations plus précises, tenant compte des risques, des besoins des établissements et de la validation de scénarios applicables sont en discussion.

Forum de discussion

Le GERPAC met à disposition des adhérents à jour de leur cotisation un forum dédié spécifiquement aux discussions sur la PHARMACOTECHNIE

Aller au forum

GERPAC
Association Loi 1901
Siège social : Chez Jean-Yves Jomier / 8ter rue Léon Bussat, 64000 PAU
Immatriculation formation N° 72 64 035 30 64
Contacts Mentions légales