Recherche du modèle de production le plus efficient pour une préparation des doses à administrer automatisée dans un service de médecine

P Frery1, E Gayet1, JN Maurer1, JP Collinot1
1 Pharmacie, Centre hospitalier Verdun Saint Mihiel, rue d’Anthouard, 55107 VERDUN cedex

Introduction
Depuis 2013 notre établissement effectue une Préparation des Doses à Administrer Automatisée (PDAA) pour les services de longs séjours grâce à un automate de reconditionnement des Formes Orales Sèches (FOS). Pour renforcer la sécurisation du circuit du médicament, il a été décidé d’étendre la PDAA à des services de médecine. Le but de cette étude est de définir le modèle de dispensation automatisée le plus sécuritaire et le plus adapté à un service de gériatrie ayant une durée moyenne de séjour de 11,7 jours.

Matériels et méthodes
Deux modes de dispensation automatisée ont été testés et comparés à une dispensation manuelle : bihebdomadaire et journalier. Dans chacun des cas les doses sont produites par patient selon l’ordre « matin-midi-soir ». Différents indicateurs ont été suivis : la conformité des piluliers des patients avant l’administration des traitements ; le temps de préparation des piluliers par les infirmiers ; le temps consacré à la dispensation au sein de la pharmacie à usage intérieur (PUI) ; le taux de retour de traitements non administrés. Les résultats obtenus ont été comparés par les tests du Chi2 et de Student et ont été considérés comme significatifs pour un p < 0,05.

Résultats
Le temps hebdomadaire consacré par la PUI à la dispensation des traitements ne diffère pas en fonction des modes de production (232 min en journalier vs. 215 min en bihebdomadaire ; p = 0,5) ni par rapport à la dispensation manuelle (213 min ; p = 0,92 vs. journalier et p = 0,22 vs. bihebdomadaire). Le temps de préparation des piluliers dans le service par les IDE est significativement inferieur par rapport à la dispensation manuelle : 22 min en journalier et 30 min en bihebdomadaire vs. 60 min en manuelle (p = 5,7 x 10-8 et p = 3,4 x 10-4). Pour le mode journalier, le taux de discordances de 2,2 % entre les prescriptions et le contenu des piluliers est significativement inférieur à ceux obtenus avec les modes bihebdomadaire (5,0% ; p = 0,011) et manuel (7,0% ; p = 7,5 x 10-5). En outre, le modèle journalier présente un taux de retour de traitements plus faible par rapport au modèle bihebdomadaire (5% vs. 17% ; p = 7,58 x 10-58).

Discussion/Conclusion
Le modèle journalier est le plus efficient et a donc été choisi pour automatiser la dispensation. En effet, il est le plus sécuritaire, il n’augmente pas le temps consacré à la dispensation nominative et il génère moins de retour de traitements ce qui présente un intérêt économique. Cependant, cette étude a mis en évidence un nouveau risque lié à l’automatisation : la persistance des modifications de traitements dans les piluliers, intervenues après la production. Une dispensation automatisée journalière de type « soir-matin-midi » permettrait de réduire ce risque en étant au plus proche de la prescription médicale, puisque la majorité des modifications de traitement ont lieu lors de la visite médicale du matin. Il aboutirait également à une diminution des retours de traitement.

Voir le poster

Forum de discussion

Le GERPAC met à disposition des adhérents à jour de leur cotisation un forum dédié spécifiquement aux discussions sur la PHARMACOTECHNIE

Aller au forum

GERPAC
Association Loi 1901
Siège social : Chez Jean-Yves Jomier / 8ter rue Léon Bussat, 64000 PAU
Immatriculation formation N° 72 64 035 30 64
Contacts Mentions légales - Gestion des données personnelles