Réalisation d’une enquête sur les modalités de préparation et d’administration du cétuximab auprès d’établissements francophones

AL.Kienlin, V.Noirez, P. Monfort, G. Rondelot CHR de Metz-Thionville, France

Objectif

Des réactions d’hypersensibilité immédiate, de l’ordre de 3%, sont décrites avec le cétuximab mais un taux anormalement élevé est relevé dans l’établissement. Une enquête sur les modalités de préparation et d’administration du cétuximab a été réalisée afin de confronter les pratiques locales à celles d’autres centres afin d’identifier des facteurs expliquant le taux élevé de réactions allergiques observé dans l’établissement.

Méthode

Un questionnaire de 23 items divisés en trois parties abordant les thèmes de la préparation, l’administration et les pratiques des établissements a été rédigé puis mis en ligne sur le site de sondage Survey Monkey®. L’enquête a été diffusée régionalement puis au niveau national, la période de sondage s’est étendue d’avril 2016 à juin 2017. Les réponses au questionnaire ont ensuite été synthétisées dans une base de données Excel®.

Résultats

Au total, 51 établissements ont répondu à l’enquête (une diminution de la participation est notée au fil des trois parties du questionnaire). Seuls 35,3% (18/51) des centres utilisent des aiguilles pour prélever les flacons et retirent l’air des poches de perfusion. La durée de stabilité des poches est fixée à 48h dans 70,3% des cas (34/48) ou abaissée à 24h (29,2%, 14/48). Trois centres hospitaliers (5,9%, 3/51) utilisent en routine des doses test. Une double prémédication est utilisée dans 91,4% des cas (32/35) et une triple dans 5,7% des cas (2/35). Les vitesses de perfusion pour la première cure et les cures suivantes sont respectées voire abaissées. Quatre pharmaciens ont connaissance de la réalisation de bilans allergologiques dans leur établissement (12,9%, 4/31).

Discussion - Conclusion

Une minorité d’unités retirent l’air des poches de perfusion, potentiel facteur d’altération des anticorps en cas d’agitation, mais le risque d’intolérance est atténué par la faible utilisation de système de transport par pneumatiques. La durée de stabilité, la double prémédication ainsi que les vitesses de perfusion recommandées par le laboratoire semblent respectées mais peu de participants suivent celles concernant le prélèvement des flacons (spikes non recommandés). L’enquête met en évidence la méconnaissance de la technique d’induction de tolérance afin de maintenir le traitement chez les patients allergiques.

Forum de discussion

Le GERPAC met à disposition des adhérents à jour de leur cotisation un forum dédié spécifiquement aux discussions sur la PHARMACOTECHNIE

Aller au forum

GERPAC
Association Loi 1901
Siège social : Chez Jean-Yves Jomier / 8ter rue Léon Bussat, 64000 PAU
Immatriculation formation N° 72 64 035 30 64
Contacts Mentions légales - Gestion des données personnelles