Réalisation d’une AMDEC (Analyse des modes de défaillance, de leurs effets et de leur criticité) pluridisciplinaire sur le circuit de la nutrition parentérale pédiatrique

M. Royer1, M. Dufosse1, J. Lefebvre1, M. Libessart1, J-M. Dubaele1, E. Vincent2, F. Moreau2, P. Tourneux2, F. Marçon1 1 : Pharmacie, CHU Amiens, France
2 : Réanimation néonatale, CHU Amiens, France

Introduction, objectifs
La nutrition parentérale (NP) en réanimation néonatale passe par une succession de processus à risque (p.ex. prescription, préparation, administration) impliquant différents acteurs (médecins, pharmaciens, infirmiers, préparateurs) avec des niveaux de formation différents. L’objectif de cette étude était d’identifier et de hiérarchiser les risques associés à la NP afin d’améliorer la qualité du circuit.

Matériel et méthodes
Une AMDEC a été mise en place pour déterminer les modes de défaillances (MD) potentiels du circuit de la NP, que ce soit pour la prescription, la fabrication ou l’administration. Un groupe de travail pluridisciplinaire a réalisé une analyse fonctionnelle des processus pour ensuite lister les MD. Leur criticité a été évaluée avec une échelle de score allant de 1 à 5 pour la fréquence d’apparition (F), la gravité (G) et la détectabilité (D) des MD. L’indice de criticité finale (ICF), allant de 1 à 125, a été calculé avec la formule ICF=FxGxD en utilisant la médiane des scores obtenues.

Résultats
L’AMDEC a été réalisé entre mars et août 2018 et a permis d’identifier 99 MD repartis sur la prescription (n=28), la fabrication (n=48) et l’administration (n=23). L’ICF médian était de 12 avec des scores allant de 3 à 48, 25% des scores avaient un ICF>21,75.
Parmi les ICF du dernier quartile : 12 étaient associés à un MD en lien avec la prescription (p.ex. prescription de NP nécessitant une fabrication au sein du service (ICF= 48) ; absence de séniorisation de la prescription (ICF=36) ; inadéquation de la prescription par rapport aux recommandations ESPGHAN (ICF=36) et apports masqués en sodium non pris en compte lors de la prescription (ICF=32)) ; 5 étaient associés à MD en lien avec la fabrication (p.ex. incapacité à évaluer les besoins nutritionnels par le pharmacien (ICF=48), défaut de formation à la validation pharmaceutique (ICF=36), absence de validation pharmaceutique avant la production (ICF=36) et réception de plusieurs ordonnances pour un même patient (ICF=27)) ; 8 étaient associés à un MD en lien avec l’administration (risque de contamination septique lors de la fabrication dans le service (ICF=42), lors d’une supplémentation en « Y » (ICF=36) ou lors de sa manipulation (ICF=31.5), retard d’administration de la PNP dû au volume mort des tubulures et au faible débit (ICF=30) et osmolarité élevée pour un accès périphérique (ICF=27)).

Discussion-Conclusion
L’AMDEC a permis d’identifier 99 MD. Parmi eux, 25 ont été analysés afin de proposer des mesures correctives. Cette approche pluridisciplinaire a facilité la mise à plat des processus permettant une cotation plus juste de l’évitabilité avec l’ensemble des acteurs impliqués dans la prise en charge nutritionnelle du patient. Au vu des résultats une place certaine existe pour le pharmacien clinicien au sein du service de soins pour sécuriser la prescription et l’administration des poches de NP.

Visualiser le poster

Forum de discussion

Le GERPAC met à disposition des adhérents à jour de leur cotisation un forum dédié spécifiquement aux discussions sur la PHARMACOTECHNIE

Aller au forum

GERPAC
Association Loi 1901
Siège social : Chez Jean-Yves Jomier / 8ter rue Léon Bussat, 64000 PAU
Immatriculation formation N° 72 64 035 30 64
Contacts Mentions légales - Gestion des données personnelles