Préparations de chimiothérapies non administrées (NA) et COVID-19 : quels impacts ?

E. DI FALCO , J. BOURBON, C. LEMARIGNIER, O. KAATZ-ESCHBACH, JD. KAISER Service Pharmacie-Stérilisation, Hôpitaux Civils de Colmar, 39 avenue de la Liberté, 68024 COLMAR

Introduction
Dans le contexte sanitaire actuel lié à la COVID-19, un certain nombre de patients n’ose plus venir à l’hôpital. Le but de ce travail est d’évaluer l’impact de la pandémie de la COVID-19 sur l’évolution des préparations NA, d’un point de vue quantitatif, financier, et des motifs de non-administration.

Matériel et méthode
L’activité de production des chimiothérapies de mars à juin 2019 et 2020 est extraite du logiciel CHIMIO®. Parallèlement, un suivi des préparations NA via un support Excel® existe avec un recueil prospectif répertoriant : le principe actif, le dosage, le coût de la préparation, le motif de retour. Depuis fin 2019, nous réalisons de manière anticipée certaines préparations à dose fixe (ex : nivolumab, pembrolizumab) : en cas de non-administration, nous ne les prenons pas en compte dans nos calculs car elles sont systématiquement réattribuées. L’analyse des motifs de non-administration est effectuée à l’aide des dossiers médicaux des patients et du logiciel CHIMIO®.

Résultats
En 2019, sur la période concernée, 7 909 préparations ont été réalisées. En 2020, ce sont 8 659 préparations qui ont été faites (+9,5%). Avec la pandémie, le service, comme l’ensemble de l’hôpital, s’est adapté en temps réel. Des mesures ont été mises en place au niveau de l’hôpital de jour (HDJ) pour prévenir la contamination et organiser au mieux la prise en charge. Les patients sont notamment appelés par le médecin la veille de la séance pour confirmer leur venue. Rapporté à l’activité, le taux de préparations NA diminue de 0,10%, passant de 1,31% (104/7 909) en 2019 à 1,21% (105/8 659) en 2020. Une tendance à la diminution est relevée même si elle demeure non significative (p=0,61). Si l’on tient compte des préparations qui ont pu être recyclées, 10/105 en 2020 et 2/104 en 2019, le taux de préparations NA diminue de 0,19% pour atteindre 1,10% en 2020 (p=0,29). Le coût global des préparations NA diminue et passe de 31 999,55€ en 2019 à 8 659,55€ en 2020. Rapporté au coût total des préparations réalisées la diminution n’est pas significative (p=0,44). Les motifs majeurs de non-administration sont similaires : les motifs cliniques et/ou biologiques (43%) et les changements de prescription après feu vert (37%).

Discussion-Conclusion
Dans ce contexte de pandémie, des questions ont été soulevées et des adaptations thérapeutiques ont été proposées au niveau international afin de diminuer le déplacement des patients (ex : espacement des cures, traitement palliatif à domicile). Pour les patients poursuivant leur séance en HDJ, des mesures ont été prises : ils sont notamment appelés la veille de leur venue par les médecins. Cette nouvelle pratique a parallèlement permis de réduire le taux de préparations NA de 0,10%. Cette pratique sera poursuivie à long terme. En matière de coût, une tendance à la diminution est observée, peut-être du fait de la diminution des prescriptions d’immunothérapies pendant la pandémie.

Visualiser le poster

Forum de discussion

Le GERPAC met à disposition des adhérents à jour de leur cotisation un forum dédié spécifiquement aux discussions sur la PHARMACOTECHNIE

Aller au forum

GERPAC
Association Loi 1901
Siège social : Chez Jean-Yves Jomier / 8ter rue Léon Bussat, 64000 PAU
Immatriculation formation N° 72 64 035 30 64
Contacts Mentions légales - Gestion des données personnelles