Mesure de la contamination chimique croisée lors de la préparation de cytotoxiques injectables

J. Ramseyer , F. Sadeghipour, P. Bonnabry Pharmacie des Hôpitaux Universitaires de Genève, Section des sciences pharmaceutiques, Université de Genève, Université de Lausanne, Genève, Suisse

Objectif :

Evaluer la propagation de la contamination chimique lors de la préparation de formes injectables de cytotoxiques. La diffusion de la contamination chimique de la surface des fioles (=contamination externe) sur et dans les poches finales, ainsi que la transmission du contenu de la fiole à prélever (=contamination interne) sur la surface de la poche finale, sont évaluées.

Méthodes :

Les contaminations sont simulées par un traceur, la quinine dichlorhydrate et quantifiées par fluorimétrie. La contamination externe résulte d’un trempage de flacons d’eau PPI dans une solution de quinine 0.25M (contamination : 7 mg/flacon). La contamination interne est estimée par manipulation des flacons de quinine à reconstituer (quantité finale : 198 mg/flacon). Le contenu des flacons est transféré dans une poche à l’aide d’une aiguille. Contamination croisée : une série de deux préparations successives, la première avec un flacon contaminé par la quinine, la deuxième sans quinine. Accumulation de la contamination : une série de dix préparations consécutives avec de la quinine. Les entités analysées sont l’extérieur des poches, leur contenu (uniquement pour la contamination externe) et la surface des différentes paires de gants.

Résultats :

Contamination externe : pas de phénomène de passage de la contamination à l’intérieur des poches, mais présence de quinine sur les poches des préparations finales sans quinine (38 µg ± 21, n=10). Le phénomène d’accumulation n’apparaît pas sur les poches ni dans leur contenu, mais sur les gants de préparation (193 µg). Contamination interne : absence de quinine sur la surface des poches finales et faible quantité de traceur retrouvé sur les gants (26 µg ± 31, n=10). Il n’y a pas d’accumulation sur les poches, mais sur les gants de préparation (112 µg).

Conclusion :

Les contaminations chimiques croisées existent lors de la préparation de chimiothérapies injectables, sans passage à l’intérieur des poches. L’accumulation de la contamination sur les gants de préparation démontre la nécessité de procédures de décontamination plus efficaces. Les quantités mesurées restent faibles, suggérant dans la grande majorité des cas une absence de risque pour le personnel.

Forum de discussion

Le GERPAC met à disposition des adhérents à jour de leur cotisation un forum dédié spécifiquement aux discussions sur la PHARMACOTECHNIE

Aller au forum

GERPAC
Association Loi 1901
Siège social : Chez Jean-Yves Jomier / 8ter rue Léon Bussat, 64000 PAU
Immatriculation formation N° 72 64 035 30 64
Contacts Mentions légales