Manipulation sécuritaire des cytotoxiques dans les pays en développement : comment progresser ?

S. von Grünigen1, P. Bonnabry1,2 1 Pharmacie, Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG), Genève, Suisse
2 Section des Sciences pharmaceutiques, Université de Genève, Université de Lausanne, Genève, Suisse

Ces dernières années, l’élévation de l’incidence des cancers dans les pays en développement, en particulier dans les pays "en transition" ou à revenu intermédiaire, a conduit à des efforts considérables pour la prévention et la prise en charge des cancers dans ces pays. De nombreuses initiatives ou organismes internationaux tels que l’Union Internationale Contre le Cancer (UICC), le Réseau International pour le Traitement et la Recherche sur le Cancer (INCTR) ou the Global Task Force on Expanded Access to Cancer and Control (GTF.CCC), militent pour améliorer les programmes de lutte contre le cancer, en collaboration avec l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). L’accès aux médicaments cytotoxiques à des prix abordables fait notamment partie des priorités de ces programmes. En 2015, plus d’une vingtaine de médicaments cytotoxiques ont été ajoutés à la nouvelle version de la liste des médicaments essentiels de l’OMS. Une augmentation de la manipulation et de l’utilisation de ces médicaments est ainsi attendue au cours des prochaines années. En plus de la sécurité des patients, le risque d’exposition professionnelle et la contamination environnementale devraient dès lors devenir des préoccupations croissantes pour les gouvernements, en particulier dans les contextes où règnent des infrastructures insuffisantes et de faibles capacités.

A ce jour, de nombreuses lacunes persistent dans les programmes nationaux et internationaux de lutte et contrôle des cancers en ce qui concerne les aspects liés à la manipulation sécuritaire des médicaments cytotoxiques (stockage, préparation, administration, élimination des déchets, etc.). Plusieurs études ont montré des pratiques inappropriées concernant la manipulation de ces médicaments dans les pays en développement où l’accès et l’utilisation des cytotoxiques ont récemment augmenté. Il existe de ce fait un besoin urgent de mettre en place des stratégies d’amélioration de la qualité et de la sécurité liées à la manipulation de ces produits dans ces pays.

Dans le cadre de son projet Pharm-Ed, une plateforme éducative pour un usage responsable des médicaments dans les hôpitaux des pays en développement (www.Pharm-Ed.net), la Pharmacie des HUG s’implique dans la sécurisation du circuit des chimiothérapies. Sa récente collaboration avec Médecins Sans Frontières Suisse (MSF-CH) dans ce domaine lui a également permis d’acquérir une expérience de terrain et de mieux identifier certaines lacunes et/ou contraintes.

Deux outils développés vous seront présentés :

  • Un module de formation en ligne pour la gestion des chimiothérapies
  • Une grille d’auto-évaluation du circuit des cytotoxiques, développée selon une méthode Delphi

L’objectif global de ces outils est d’assurer une meilleure qualité et sécurité des processus conformes aux standards appropriés, adaptés au contexte des pays à faibles et moyens revenus.

Les auteurs déclarent n’avoir aucun conflit d’intérêts potentiel par rapport à la recherche. La plateforme Pharm-Ed est soutenue financièrement par CSL Behring Suisse, mais sans que cette entreprise n’ait d’influence sur le contenu des enseignements.

Forum de discussion

Le GERPAC met à disposition des adhérents à jour de leur cotisation un forum dédié spécifiquement aux discussions sur la PHARMACOTECHNIE

Aller au forum

GERPAC
Association Loi 1901
Siège social : Chez Jean-Yves Jomier / 8ter rue Léon Bussat, 64000 PAU
Immatriculation formation N° 72 64 035 30 64
Contacts Mentions légales - Gestion des données personnelles