L’hôpital hors les murs : expérience du réseau de soins infirmiers lourds R-CSIL

N. Delevoye1, V Chedru-Legros2 1 Infirmière, Maison de soins Ifs
2 Pharmacien CHU Caen, France

Contexte & motivations :
En périphérie de Caen, une maison de soins infirmiers libérale accueille des patients du CHU pour leur cure de chimiothérapie depuis avril 2007. La prise en charge des patients et le circuit des chimiothérapies a été organisé conformément au décret du 20 décembre 2004 et aux critères d’éligibilité de l’HAS.

Ce projet a été motivé par la volonté d’améliorer :

  • la qualité de vie des patients,
  • les conditions de sécurité du travail des infirmières, et par conséquent celle des patients,
  • dans des conditions d’hygiène maitrisées.

L’accueil est réalisé dans une structure de petite taille, conviviale avec pour objectif d’activité la prise en charge de 4 patients au maximum pour 1 infirmière libérale.

Matériel & méthodes :
Une convention a été signée en avril 2007 entre le CHU et le réseau R-CSIL (loi 1901) pour définir les engagements de chacun, les conditions d’éligibilité des patients et cibler les cytotoxiques concernés et les services de soins partenaires.

Un référentiel d’assurance qualité a été constitué : il décrit le fonctionnement du réseau, les modalités de prescription, de préparation et d’administration et de traçabilité des préparations. Il décrit également les conduites à tenir en cas d’extravasation ou de tout autre accident ou d’incident. Les protocoles de soins et d’hygiène ont été élaborés par l’équipe du réseau R-CSIL en collaboration avec les services de soins du CHU (médecins, pharmaciens, cadres infirmiers).

Le réseau a été financé grâce à l’URCAM et à l’ARH de Basse Normandie, les soins sont facturés à l’acte selon la NGAP (Nomenclature Générale des Actes Para Médicaux).

Trois infirmières libérales, formées en cancérologie, réalisent les soins ; l’une d’entre elles assure la coordination entre les services du CHU et la maison de soins :

  • la planification de l’accueil des patients avec les médecins et les pharmaciens
  • la rencontre avec le patient au cours de la 1ère cure (qui est systématiquement réalisée à l’hôpital)
  • l’acheminement tracé des préparations
    et les transmissions avec l’unité de préparation centralisée du CHU.

L’oncologue référent reçoit le patient lors d’une consultation programmée dans les 24 heures précédant la cure et transmet le feu vert pour la chimiothérapie sur le logiciel CHIMIO®. L’unité centralisée du CHU prépare les chimiothérapies qui sont acheminées par l’infirmière coordonnatrice jusqu’à la maison de soins, où le patient est pris en charge. Les chimiothérapies sont transportées dans des bacs isothermes, permettant d’isoler les préparations selon leurs conditions de conservation ; ce transport est validé par un suivi continu de la température. L’élimination des déchets est assurée par un prestataire habilité à détruire les cytotoxiques. Le circuit des chimiothérapies est informatisé de la prescription jusqu’à l’administration au patient, à l’instar du circuit hospitalier. Les infirmières de la maison de soins ont accès en extranet au logiciel CHIMIO® du CHU, ce qui leur permet de consulter et de valider en temps réel les données relatives à la cure.

Résultats & conclusions :
Depuis début avril 2007 jusqu’à fin août 2008, 23 patients ont été pris en charge pour leur chimiothérapie à la Maison de soins de Ifs, ce qui correspond à :

  • 304 préparations réalisées par l’unité centralisée
  • 16 patients du service d’hématologie adulte pris en charge pour 63 cures (protocoles R CHOP, CHOP, rituximab, bortezomib, vincristine)
  • 6 patients du service de néphrologie pris en charge pour 18 cures (cyclophosphamide ou rituximab)
  • 1 patient du service de médecine interne pris en charge pour 4 cures (cladribine)
  • La file active actuelle pour les traitements par chimiothérapie est de 7 patients.

D’autres soins ont également été réalisés dans le cadre du réseau pour 23 patients: dialyse péritonéale, saignées, injection de fortes doses de corticoïdes (sclérose en plaque), administration de bi-phosphonates. Les patients expriment tous leur satisfaction. Une étude économique est en cours afin de comparer les coûts entre une hospitalisation classique et la prise en charge à la maison de soins et d’évaluer l’impact de ce mode de prise en charge sur la qualité de vie des patients.

Discussion forum

GERPAC provides for its members a discussion forum specifically devoted to technology in hospital pharmacy

Access forum

GERPAC
Association Loi 1901
Siège social : Chez Jean-Yves Jomier / 8ter rue Léon Bussat, 64000 PAU
Immatriculation formation N° 72 64 035 30 64
Contact us Legal notes - Management of personal data