Impact de la pression interne des flacons et de la composition excipiendaire sur le risque de contamination chimique pour la préparation robotisée de médicaments injectables

T.DELJEHIER 1, G.BOUGUEON1,2, A.BERRONEAU1, S.CRAUSTE-MANCIET1,2 1 Unité de pharmacotechnie, Centre Hospitalo-Universitaire de Bordeaux, France
2 ARNA ChemBioPharm U1212 INSERM - UMR 5320 CNRS, Université de Bordeaux, France

Introduction

De précédentes études ont montré que les systèmes robotisés permettaient de significativement réduire la contamination chimique sans pour autant totalement la supprimer [1], [2]. Le but de notre travail était d’évaluer l’impact de l’utilisation de formulations « worst case » (i.e. pression interne des flacons et composition excipiendaire spécifique, notamment visqueuse ou moussante) sur le risque de contamination chimique en utilisant le robot KIRO Oncology® (Grifols).

Matériel et méthode

La contamination chimique a été révélée en utilisant un traceur fluorescent (quinine 1 g/l). 3 formulations excipiendaires ont été produites : une solution visqueuse, une solution moussante et une solution aqueuse utilisée comme référence. Pour la pression interne des flacons, 2 spécialités pharmaceutiques (aciclovir Mylan®, ceftazidime Mylan®) ont été utilisées respectivement comme flacons en dépression (-950 mBar) et surpression (+300 mBar). Le traceur fluorescent a été ajouté dans la poche de diluant (eau p.p.i) utilisée pour la reconstitution des flacons permettant d’évaluer les procédés de reconstitution et de transfert dans leur intégralité, à l’exception des solutions prêtes à l’emploi (aqueuse et visqueuse) qui comportaient directement le traceur. Pour chaque condition, 8 préparations (4 poches et 4 seringues) ont été préparées en utilisant les réglages corrigés préalablement déterminés pendant la phase de validation des exactitudes. Une détermination semi-quantitative (nombre et taille des spots fluorescents) a été réalisée en utilisant une lampe UV (395-410 nm) en comparaison au témoin négatif réalisé préalablement.

Résultats-Discussion

Les spots de fluorescence ont principalement été retrouvés sur les surfaces de travail, les adaptateurs de flacons et dans les poubelles avec la solution moussante et les flacons en surpression (Tableau I). A l’inverse, l’extérieur des produits finis n’a pas été contaminé quel que soit la formulation manipulée à l’exception d’une seringue produite à partir d’un flacon en surpression. Qualitativement, la zone de reconstitution du robot était la plus contaminée, en particulier avec la solution moussante et les flacons en surpression, à l’inverse des surfaces de la zone de prélèvement de la solution qui étaient très faiblement contaminées. Cette différence s’explique par le fait que le paramétrage du robot en fonction du produit n’a été possible que pour l’opération de prélèvement mais pas pour l’opération de reconstitution. L’intérieur des poubelles et les adaptateurs de flacons ont également été contaminés avec les formulations les plus à risque. Cependant, l’intérieur des poubelles n’est jamais touché par le manipulateur et les surfaces de travail ainsi que les adaptateurs sont nettoyés quotidiennement par un nettoyage manuel suivi de l’auto-nettoyage permettant ainsi de limiter le transfert de contaminants à l’extérieur du robot.

Tableau I : Contamination semi-quantitative des surfaces internes du robot et des produits finis Tableau I : Contamination semi-quantitative des surfaces internes du robot et des produits finis

Conclusion

La préparation de médicaments injectables à l’aide du robot KIRO Oncology® permet de sécuriser la manipulation des produits finis par les infirmières en limitant le transfert de contamination. Comparativement aux études précédente1,2, notre travail démontre la nécessité de paramétrer le robot pour chaque spécialité pharmaceutique utilisée pour l’étape de prélèvement de la solution. Une marge de progression est encore attendue du fournisseur pour sécuriser l’étape de reconstitution en permettant un réglage du robot sur cette étape.

Visionner la présentation

[1Ayadi M, et al. Evaluation of the chemical contamination related to the manual cytotoxic production in an isolator and a new robotic drug preparation system (Kiro Oncology®). 20th GERPAC conference, 2017

[2Gandré B, Krämer I. Cytotoxic surface contamination in a robotic system in comparison to manual compounding. European Journal of Oncology Pharmacy ; 2012. DOI : 10.1136/ejhpharm-2012-000074.175

Forum de discussion

Le GERPAC met à disposition des adhérents à jour de leur cotisation un forum dédié spécifiquement aux discussions sur la PHARMACOTECHNIE

Aller au forum

GERPAC
Association Loi 1901
Siège social : Chez Jean-Yves Jomier / 8ter rue Léon Bussat, 64000 PAU
Immatriculation formation N° 72 64 035 30 64
Contacts Mentions légales