Harmonisation des pratiques de libération pharmaceutique des préparations de chimiothérapies injectables après contrôle analytique

M. Beaurain1, A. Teixeira1, A. Baudouin1, F. Ranchon1, C. Rioufol1, N. Vantard1
1 : Unité de Pharmacie clinique Oncologique, Pharmacie, Groupement Hospitalier Lyon Sud, Hospices Civils de Lyon

Contexte et objectif
Plus de 70 000 préparations de chimiothérapies injectables sont produites par an, de façon non robotisée, au sein de notre URCC. Un contrôle analytique est réalisé pour environ 60% de la production avec les automates QcPrep+® (UV/visible et Raman) et MultiSpec® (UV/visible et IR). La libération pharmaceutique des préparations comprend la validation des résultats du contrôle analytique et la gestion des éventuelles non-conformités. L’objectif de cette étude était de comparer les pratiques de gestion des résultats du contrôle analytique par l’équipe pharmaceutique avant/après avoir modifié la procédure relative à cette étape.

Matériel et méthodes
Une procédure optimisée de gestion des non-conformités suite aux contrôles analytiques a été mise en place et l’équipe de pharmaciens impliquée dans la libération pharmaceutique des préparations (n= 9) a été formée à cette nouvelle procédure. Pour en évaluer l’impact, une étude rétrospective sur 10 mois (5 mois avant, représentant 16 441 dosages et 5 mois après soit 16 038 dosages) a été réalisée pour analyser les conduites tenues par les pharmaciens face aux résultats des contrôles analytiques (validation, reprélèvement, destruction et refabrication). Les critères de conformité sont quantitatifs (concentration mesurée en principe actif comprise entre + 10% et -15% de la valeur théorique) et qualitatifs (principe actif et solvant). En cas de non-conformité, un second dosage doit être réalisé. Pour les préparations libérées malgré une non-conformité sur la concentration de la préparation finie, une évaluation de l’impact clinique potentiel a été réalisée. Pour les préparations non toxiques l’impact clinique potentiel a été jugé faible, contrairement aux préparations de cytotoxiques pour lesquelles il a été jugé important. Un test de comparaison de moyenne des proportions (test de Student) a été utilisé.

Résultats
La mise en place de la nouvelle procédure a permis de réduire de façon significative (p=0,008) la proportion de préparations libérées malgré une non-conformité (4,40% avant vs 1,54% après), mais le nombre de préparations refabriquées a augmenté (2,3 poches refabriquées pour 1000 avant la procédure contre 4,0 après, p=0,003). Certaines préparations non conformes ont été libérées car elles ont bénéficié d’un double contrôle visuel en cours de fabrication. Les préparations libérées avec un impact clinique potentiel faible ou important sont moins fréquentes après la mise en place de la procédure (29,5 préparations avec impact clinique faible pour 1000 avant vs 11,4 après ; p=0,002 et 1,8 préparations avec impact clinique important pour 1000 avant vs 0,7 après ; p =0,22).

Discussion – Conclusion
Cette étude a mis en évidence la pertinence de cette procédure optimisée de validation des dosages des préparations de chimiothérapie. Elle a permis une uniformisation des pratiques de libération, et une meilleure garantie de la sécurité du patient. Des formations régulières seront nécessaires afin d’assurer sa juste application. L’intérêt secondaire de ces nouvelles modalités a été de réduire le nombre de prélèvements et de dosages à tort, et ainsi améliorer la productivité de l’unité.

Voir le poster

Forum de discussion

Le GERPAC met à disposition des adhérents à jour de leur cotisation un forum dédié spécifiquement aux discussions sur la PHARMACOTECHNIE

Aller au forum

GERPAC
Association Loi 1901
Siège social : Chez Jean-Yves Jomier / 8ter rue Léon Bussat, 64000 PAU
Immatriculation formation N° 72 64 035 30 64
Contacts Mentions légales - Gestion des données personnelles