Evaluation de l’efficacité du rinçage post perfusion des tubulures

Pauline Claraz 1, Isabelle Riff 1, Charlotte Vert 1, Isabelle Hennebelle 2, Sophie Perriat 1, Yann Cretu 1, Jean Marie Canonge 1, Florent Puisset 1
1 : pharmacy department, Oncopole Toulouse France.
2 : risk management unit, Oncopole Toulouse France

Introduction
La manipulation des cytotoxiques est associée à l’exposition des professionnels de santé. Il existe des recommandations pour minimiser ce risque. Le débranchement de la perfusion est l’une de ces sources de contamination. Aussi il est recommandé de rincer la tubulure après la perfusion. Le volume optimal de rinçage reste à déterminer précisément. L’objectif de cette étude est d’évaluer le volume de solvant conduisant à une élimination totale des cytotoxiques de la tubulure.

Méthode
Trois molécules ((cytarabine (2300 mg), gemcitabine (1900 mg) et paclitaxel (152 mg)) ont été diluées dans 250 ml, NaCl 0,9% ou glucose 5%. Les perfusions sont recréées à l’aide d’une pompe et les tubulures utilisées sont la VLST00 pour la gemcitabine et la cytarabine et la VLON70 pour le paclitaxel. A la fin de la perfusion, la tubulure est rincée sans déconnection de la poche en utilisant un système clos (ICU medical, France). Le volume mort des tubulures est de 26 ml pour la VLST00 et 27 ml pour la VLON70.
Les concentrations de cytotoxiques ([c]) ont été mesurées par une méthode CLHP-UV. La colonne utilisée était une RP C18. La phase mobile était un mélange eau/acetonitrile + 0,1% acide trifluoroacétique en différentes proportions selon les molécules. Les échantillons ont été prélevés au début et à la fin de la perfusion puis tous les 10 ml de rinçage jusqu’à 100 ml.
L’efficacité du rinçage a été évaluée par la concentration minimale encore détectable. L’influence du débit, nature du solvant et logP sur l’efficacité du rinçage, a été évaluée en comparant les concentrations relatives résiduelles de cytotoxique à la moitié du rinçage (Test de Wilcoxon, test de corrélation de Spearman).

Résultats
Les principaux résultats sont présentés dans le tableau. Les volumes de rinçages maximaux étaient de 100 ml (cytarabine, gemcitabine) et 80 ml (paclitaxel).

Evaluation de l'efficacité du rinçage post perfusion des tubulures

Aucune influence du solvant (p=0,849) ni du débit (p=0,397) n’a été retrouvée tandis que les concentrations relatives résiduelles étaient corrélées avec le logP (r = 0,722 ; p<0,001).

Discussion Conclusion
Seul le paclitaxel était indétectable, car la LD est élevée. Apres un volume de rinçage de trois volumes mort les niveaux de concentration sont toujours pertinents. Ainsi, la tubulure rincée doit être considérée comme source de contamination. Cette étude met en exergue la nécessité des systèmes clos en fin de tubulure pour minimiser l’exposition professionnelle. Le volume de rinçage optimal doit être considéré comme le volume qui permet d’administrer une dose maximale avec une concentration résiduelle minime et non une tubulure totalement nettoyée.

Voir le poster

Forum de discussion

Le GERPAC met à disposition des adhérents à jour de leur cotisation un forum dédié spécifiquement aux discussions sur la PHARMACOTECHNIE

Aller au forum

GERPAC
Association Loi 1901
Siège social : Chez Jean-Yves Jomier / 8ter rue Léon Bussat, 64000 PAU
Immatriculation formation N° 72 64 035 30 64
Contacts Mentions légales - Gestion des données personnelles