Etude des pratiques de reconstitution du patisiran : Application du Résumé des Caractéristiques du Produit (RCP) aux pratiques professionnelles

P.Laffont1, E. Coget1, E. Floutard1, M-H Sportouch1
1 Service Pharmacie, Centre hospitalier de Béziers, 2 rue Valentin Haüy, 34525 Béziers, France

En août 2018, le patisiran, 1er médicament petit ARN interférent double brin, obtenait l’autorisation de mise sur le marché dans la prise en charge des amyloses à transthyrétine héréditaires. La posologie est de 0.15mL/kg. Il requiert des modalités de reconstitution aseptique spécifiques : une filtration à 0,45µm dans un récipient stérile et une dilution dans un volume final de 200mL. Ainsi, la question de sa reconstitution ou non au préparatoire se pose et différents arguments, qu’ils soient pharmaco-techniques, économiques ou purement pratiques se débattent.

Objectif
Comparer les pratiques professionnelles de reconstitution par rapport au RCP

Matériels et méthodes
Mise en place d’une étude rétrospective multicentrique. Un questionnaire a été soumis à 19 centres le dispensant. Les questions étaient axées sur les critères de choix du lieu de reconstitution et ses modalités.

Résultats
Seize centres sur 19 ont répondu. Dans 5 centres, la reconstitution est réalisée dans le service de soins. Trois des 5 centres ont formé les infirmières à cette reconstitution et ont joint un mode opératoire aux flacons. Les arguments motivant ce choix ont été le manque d’activité du préparatoire, l’absence d’isotechnie dédiée à cette activité et la distance préparatoire-service de soins. Les 11 pharmacies préparant le patisiran ont évoqué comme arguments la complexité de la reconstitution (n=10), la sécurisation de la dispensation (n=3) et le coût du produit (n=2).
Concernant la filtration, dans 63% (n=10) des cas elle est faite par un montage seringue-seringue, 25% (n=4) dans un récipient, 6% (n=1) dans un flacon serti stérile et 6% (n=1) directement lors de l’injection dans la poche de soluté. La dilution est effectuée dans 69% (n=11) des cas dans une poche commerciale ajustée à 200mL, dans 25% (n=4) des cas dans une poche vide complétée à 200mL de solvant et enfin dans 6% (n=1) des cas dans une poche vide remplie d’un volume fixe de solvant de 180mL.

Discussion
Devant la complexité de la reconstitution la majorité des centres reconstituent en pharmacie. Cependant parmi eux, 2 centres souhaitent déléguer la reconstitution aux infirmières après les avoir formées.
Dans notre centre, le service de soins prépare. Il réalise la filtration directement dans la poche via le filtre 0,45µm humidifié, ramenant le volume mort à 0,1mL, (au lieu de 1mL) limitant ainsi la perte. Nous diluons dans un volume fixe de 180mL ; les 200mL totaux ne sont pas respectés mais cette consigne est liée au volume des poches du marché américain et non à une question de stabilité.

Voir le poster

Forum de discussion

Le GERPAC met à disposition des adhérents à jour de leur cotisation un forum dédié spécifiquement aux discussions sur la PHARMACOTECHNIE

Aller au forum

GERPAC
Association Loi 1901
Siège social : Chez Jean-Yves Jomier / 8ter rue Léon Bussat, 64000 PAU
Immatriculation formation N° 72 64 035 30 64
Contacts Mentions légales - Gestion des données personnelles