Etude de faisabilité de collyre autologue dérivé du sang : comparaison de préparations de sérum autologue (SA) et de préparations de plasma enrichi en facteurs de croissance (PRGF)

Champmartin Lucille1, Jost Jeremy2, Maillan Gaëlle1, Ratsimbazafy Voa1
1 Unité de Préparation Galénique, Service de pharmacie, Centre Hospitalier Universitaire Dupuytren, Limoges, France
<lucille.champmartin@gmail.com>
2 UMR INSERM 1094 Tropical NeuroEpidemiology, Université de Limoges, Limoges, France
<jeremy.jost@chu-limoges.fr>

Objectif
Evaluer la faisabilité de collyre autologue dérivé du sang, au vu de la demande du service d’ophtalmologie, pour le traitement des sécheresses oculaires sévères pharmacorésistantes.

Matériel et méthodes
Etat des lieux des pratiques des centres hospitalo-universitaires, CHU, français (questionnaire d’enquête), et revue de la littérature afin de comparer les collyres de SA avec les préparations de PRGF.

Résultats et discussion
26 centres hospitalo-universitaires ont été contactés, parmi lesquels 10 CHU (9 pharmacies hospitalières (PUI) et 1 laboratoire de thérapie cellulaire) sur les 12 producteurs de collyre de SA ont répondu. 15 articles ont été trouvés.
Une recherche des contaminations virales est effectuée dans 80% des cas tous les 6,5 ± 2,95 mois [3 ; 12] et le consentement du patient est recueilli dans 50% des cas.
Le prélèvement sanguin est réalisé par une infirmière toutes les 15 ± 9 semaines [3 ; 24] au sein du service hospitalier. Le nombre de tubes par patient est de 12,17 ± 3,43 pour un volume total de 73,86 ± 24,58 ml [40 ; 120]. Dans un CHU, la préparation est faite à partir d’un don de sang de 200 ml prélevé à l’Etablissement Français du Sang.
Les tubes prélevés sont laissés à coaguler (70% des cas) pendant 4,83 ± 9,39 h à 17,80 ± 7,10 °C [4 ; 21], avant centrifugation à 3500 ± 2566 rpm pendant 11,88 ± 5,30 min à 9,80 ± 7,79 °C [4 ; 21]. Le sérum est majoritairement filtré et dilué à 20% avec une solution saline équilibrée (BSS). Des contrôles de stérilité sont réalisés sur un échantillon de la préparation. Les flacons collyres sont délivrés toutes les 2 semaines [2 ; 12]. Ils sont conservés à la PUI maximum 6 mois à -20 °C, et à + 4 °C après dispensation et sont utilisés pendant 7 jours consécutifs. Le conditionnement est en polyéthylène blanc opaque ou en verre teinté et a une capacité de 4,2 ± 1,48 ml [2 ; 6].
Selon la littérature, les collyres de PRGF sont produits à partir de 19 tubes de prélèvement sanguin par patient, soit 171 ml. Les échantillons sont centrifugés à 580 g pendant 8 min à température ambiante. Le surnageant est incubé à 37 °C pendant 1 heure, puis traité thermiquement à 56 °C pendant 60 minutes. Les surnageants plasmatiques sont filtrés, aliquotés et peuvent être conservés pendant 3 mois à -20 °C. Les patients doivent les conserver à + 4 °C et chaque flacon est utilisé pendant 3 jours. Seuls 3 hôpitaux ont effectué des tests avec le dispositif médical ENDORET®. Selon leurs retours d’expérience, il s’agit d’un système non sécurisé (utilisation d’aiguille) et non sécurisant : manque de reproductibilité des volumes distribués dans les éléments de conditionnement.

Conclusion
La grande variabilité des pratiques de préparation des collyres de SA en France nécessite standardisation. Quant à ENDORET®, système d’automatisation de la fabrication des collyres de PRGF, il est difficile à ce stade de dire, compte-tenu du cadre d’un apprentissage d’une nouvelle technique, si la non-reproductibilité est due à un nombre optimal de manipulations non atteint, ou inhérente au système.

Voir le poster

Forum de discussion

Le GERPAC met à disposition des adhérents à jour de leur cotisation un forum dédié spécifiquement aux discussions sur la PHARMACOTECHNIE

Aller au forum

GERPAC
Association Loi 1901
Siège social : Chez Jean-Yves Jomier / 8ter rue Léon Bussat, 64000 PAU
Immatriculation formation N° 72 64 035 30 64
Contacts Mentions légales - Gestion des données personnelles