Détergence macro et micro évaluation

J. Criquelion Directeur Scientifique, Anios, France

L’appréciation visuelle est, encore aujourd’hui, essentiellement le critère de qualification des opérations de détergence. D’une approche empirique, nous évoluons vers une quantification maîtrisée. A cela deux raisons majeures : la mise au point de méthodes analytiques de recherche de polluants de plus en plus performantes et la mise en exergue des effets toxiques de certains polluants tels certaines molécules à usage thérapeutique, les substances allergènes ou encore des agents pathogènes non conventionnels.
Une norme internationale publiée en 2006 relative aux dispositifs médicaux (ISO 15883) décrit une méthodologie de qualification de la détergence en proposant techniques et souillures de référence.

L’élimination de substances interférentes et la quantification sont tout aussi importantes dans les opérations précédant la désinfection ou la stérilisation mais aussi dans les process de nettoyage industriel afin de maitriser les contaminations chimiques croisées.
Trois critères sont déterminants dans toute mesure de la capacité à éliminer un élément polluant : souillure simple ou complexe, représentativité de la souillure testée et le seuil de sensibilité exigée.
La méthodologie mise en œuvre doit valider une souillure caractérisée sur un support donné et dans un état physique paramétré. On mesurera la quantité de la souillure éliminée dans l’éluant et/ou la quantité résiduelle sur le support et/ou l’état du support.

La substance à éliminer sera la substance testée chaque fois que possible néanmoins avec des limites souvent incontournables :

  • La substance est elle quantifiable avec une sensibilité de méthode acceptable ?
  • La substance présente t’elle un risque toxique acceptable ?
  • Le nombre de composants à tester
  • L’arbitrage du choix de l’élément mesuré si la souillure est complexe

Le recours a une substance modèle est une alternative fréquente bien que difficilement appréhendable car l’extrapolation des résultats restent incertaines. Vis à vis de souillures organiques complexes, on ciblera l’un des composés jugé le plus représentatif tant sur le plan de son comportement physicochimique que de son rôle d’ « interférent ».

Les supports sur lesquels sont déposés les souillures sont choisis parmi ceux rencontrés dans les futures applications, toutefois, l’inclusion dans le protocole de supports tests dits hydrophiles et hydrophobes assurent une réponse plus sécurisée.

Les méthodes analytiques seront choisies en fonction de leurs spécificités et de leurs sensibilités. Les méthodes séparatives de chromatographies en phase liquide ou gazeuse couplées aux techniques d’analyse telle que la Spectrométrie de masse ou plus simplement les techniques de spectrométrie UV/visible sont couramment utilisées.
Des techniques plus complexes peuvent être mises en œuvre lorsque les seuils de sensibilité exigés sont particulièrement bas ou difficilement appréciables en matière d’impact chimique ou biologique. Pour exemple, on peut rechercher les effets biologiques engendrés par les résidus de la substance testée ou très différemment, par Spectrométrie de photoélectrons XPS, caractériser chimiquement le support débarrassé de la substance.
Ces techniques ont pour intention de comparer et hiérarchiser des produits et /ou des procédures de détergence afin d’optimiser les compositions de ces produits et les composantes d’application (température, pH,..). Ces techniques de laboratoire ne doivent pas occulter la qualification des performances en conditions d’usage pour s’assurer de la bonne transposition des données de laboratoire.
Enfin quantifier un process de détergence nécessite de paramétrer le rôle essentiel du rinçage. Si les détergents ont pour mission de solubiliser, saponifier, émulsionner ou disperser les substances, l’eau ou le solvant de rinçage va « transporter » le tout hors du support à nettoyer. La quantité, la qualité et toutes les autres caractéristiques de l’opération de rinçage sont parties intégrantes de la reproductivité du processus global de nettoyage.

Forum de discussion

Le GERPAC met à disposition des adhérents à jour de leur cotisation un forum dédié spécifiquement aux discussions sur la PHARMACOTECHNIE

Aller au forum

GERPAC
Association Loi 1901
Siège social : Chez Jean-Yves Jomier / 8ter rue Léon Bussat, 64000 PAU
Immatriculation formation N° 72 64 035 30 64
Contacts Mentions légales