CIVAS : Objectifs et stratégie

Pascal Bonnabry Pharmacie des Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG),
Section des sciences pharmaceutiques, Université de Genève, Université de Lausanne,
Genève, Suisse

La production à l’hôpital n’a de sens que si elle apporte une plus-value, en termes de mise à disposition de médicaments essentiels non-obtenables sur le marché, de préparation de formes adaptées à l’usage (ex. pédiatrie) ou d’amélioration de la sécurité pour le patient ou le personnel soignant. Bien qu’une forte attention ait été portée ces dernières années sur les cytotoxiques et la protection des manipulateurs, il est indéniable que l’utilisation d’autres médicaments injectables est à haut risque pour le patient. En effet, leur préparation dans les unités de soins expose à un risque d’erreur de dilution, d’imprécision et de contamination microbiologique, avec des conséquences d’autant plus critiques que la marge thérapeutique du produit est étroite, que la voie d’administration est à haut risque (ex. intrathécal, intraophtalmique) et que la durée d’administration est prolongée.

Après avoir centralisé la préparation des nutritions parentérales pédiatriques dans les années 70 et des cytotoxiques à la fin des années 90, nous avons initié au début des années 2000 une démarche d’industrialisation de la production d’autres médicaments injectables à haut risque. Ce projet a été conduit en étroit partenariat avec plusieurs services de soins, en particulier l’anesthésiologie, la réanimation, les soins intensifs de pédiatrie et l’ophtalmologie.

Les produits à développer en priorité ont été sélectionnés suite à une récolte des besoins, par une évaluation du risque lié à une erreur d’administration (conséquences potentielles x fréquence d’utilisation) et de la faisabilité d’une préparation stable sur une durée prolongée. Sur cette base, une dizaine de produits ont été développés en seringues prêtes à l’emploi, après avoir conduit des études de stabilité ayant permis de fixer des durées de conservation de 6 à 12 mois, à température ambiante, au réfrigérateur ou au congélateur. Le conditionnement est unitaire pour la plupart des produits, ce qui permet un restockage en cas de non-utilisation. L’étiquetage a été standardisé et répond aux recommandations de l’AFSSAPS en la matière et le code couleur développé par les anesthésistes a été utilisé. En 2008, 30’000 seringues ont été préparées et d’autres produits sont actuellement en cours de développement. Une optimisation de la production est en cours, avec l’acquisition d’une remplisseuse de seringue et la sous-traitance de quelques préparations à forte utilisation.

La fabrication industrielle des seringues à la pharmacie améliore grandement la sécurité d’utilisation des médicaments injectables, grâce à une application stricte des Bonnes Pratiques de Fabrication. L’utilisation de protocoles de fabrication, le contrôle qualité final chimique et microbiologique, le travail en zones à atmosphère contrôlée et la formation spécifique des opérateurs sont les principaux facteurs qui expliquent la très haute fiabilité des médicaments fabriqués en série au sein d’une pharmacie d’hôpital.

Les utilisateurs, quant à eux, sont très satisfaits de pouvoir bénéficier d’une telle prestation, qui facilite leur travail tout en améliorant la qualité de prise en charge des patients.

Diapos-CIVAS : Objectifs et stratégie Diapos-CIVAS : Objectifs et stratégie

Forum de discussion

Le GERPAC met à disposition des adhérents à jour de leur cotisation un forum dédié spécifiquement aux discussions sur la PHARMACOTECHNIE

Aller au forum

GERPAC
Association Loi 1901
Siège social : Chez Jean-Yves Jomier / 8ter rue Léon Bussat, 64000 PAU
Immatriculation formation N° 72 64 035 30 64
Contacts Mentions légales