Centralisation multi-établissement (CME) de la préparation d’anticancéreux : évaluation de ce nouveau modèle de production

M. Delforge ; S. Perriat ; A. Grand ; F. Puisset ; JM. Canonge Pharmacie, IUCT-Oncopole, Avenue Irene Joliot Curie, Toulouse

Introduction

En 2014, nous avons pris l’option de centraliser la préparation des anticancéreux de deux établissements, soit environ 100 000 préparations/ an (35 000 pour le site A et 65 000 pour le B) plutôt que de laisser 1 unité dans chaque. La question du modèle économique de ce choix se pose.

Objectif

L’objectif est de comparer les coûts de fonctionnement de deux unités séparées, une sur le site A et l’autre sur le site B par rapport à notre unité actuelle.

Matériels et méthode

A partir de l’historique Chimio ® de l’ensemble des préparations réalisées en 2016 nous avons déterminé :

  • Le montant des pertes liées à la non réutilisation des reliquats de molécules onéreuses non stables dans 2 unités séparées par rapport à une seule unité.
  • Les effectifs et équipements nécessaires pour assurer la production observée si elle avait été réalisée sur deux unités séparées en comparaison avec ceux de l’unité actuelle.

Résultats

La CME permet de réutiliser 20% de reliquats de hors GHS à péremption courte en plus par rapport à deux unités séparées, ce qui représente 80 000€/an.

Pour assurer un niveau de prestation similaire soit une ouverture continue en semaine de 7h à 18h, 9,6 ETP PPH seraient nécessaires pour le site A et 14,4 pour le site B alors que cette activité est réalisée par 19.6 ETP PPH sur notre unité. Cela permet une économie de 185 000€/an.

L’effectif en pharmacien devrait également être augmenté puisque 2 ETP seraient nécessaires pour le site A et 2 pour le site B soit 1 de plus qu’actuellement. Cela représente un surcoût de 77 000€/an.

Elle permet également de mutualiser les équipements avec le gain d’un isolateur et d’un analyseur pour une économie de 55 000€/an pendant 7 ans (durée d’amortissement du matériel).

Conclusion

Ce modèle de production permet d’économiser 397 000€/an tout en permettant une plus grande spécialisation des équipes. Il faudrait moduler le temps pharmacien du site A en fonction des mutualisations possibles avec d’autres activités.

Le gain sur l’optimisation de la gestion des reliquats est minime du fait du regroupement de l’activité médicale par spécialités sur un seul site. L’axe d’amélioration principal réside maintenant dans l’optimisation de la gestion des traitements anticipés : dose banding et réattribution.

Forum de discussion

Le GERPAC met à disposition des adhérents à jour de leur cotisation un forum dédié spécifiquement aux discussions sur la PHARMACOTECHNIE

Aller au forum

GERPAC
Association Loi 1901
Siège social : Chez Jean-Yves Jomier / 8ter rue Léon Bussat, 64000 PAU
Immatriculation formation N° 72 64 035 30 64
Contacts Mentions légales - Gestion des données personnelles