Caractérisation de la texture d’hydrogels de thiosulfate de sodium

J. Couturas1, N. Pecout2, J. Jost1, V. Guigonis3, M. Viana2, V. Ratsimbazafy1
1 Département de pharmacie, CHU Dupuytren, Limoges, France
2 Département des sciences pharmaceutiques, Faculté de pharmacie, Limoges, France
3 Département de pédiatrie, hôpital Mère-Enfant, CHU Limoges, France


Introduction
Le thiosulfate de sodium (TSS) est utilisé comme topique dans le traitement des ostéo-calcifications ectopiques. La moindre efficacité de la pommade initiale de TSS à 25% sur les lésions sous-cutanées les plus profondes a conduit à tester des formulations pour améliorer la pénétration. De ce travail est née une forme hydrogel, à 25% de TSS, avec de la gomme xanthane (2%) et différentes concentrations d’alcool (3%, 5%, 8% et 10%). L’objectif de ce travail était de comparer la rhéologie des différentes formulations pour étudier l’impact éventuel de la concentration en éthanol sur les caractéristiques du gel, et comme prédicteur de stabilité galénique. Ces résultats viendront compléter les données de perméation cutanée et de stabilité du principe actif obtenues dans les travaux précédents.

Matériel et méthodes
Contrôles : Mesure de la viscosité et de la capacité d’étalement.
Matériel : Viscosimètre cylindrique rotatif coaxial RHEOMAT RM 200® couplé à un bain-marie. La capacité d’étalement (représentée par l’évolution du diamètre d’un échantillon test de 1 g en fonction de 7 poids cumulés - de 284 g à 2334 g - appliqués pendant 30 s chacun) a été mesurée sur les 4 gels à 3 temps différents : Jour 0 (J0), J14 et J28. Concernant la viscosité, les mesures ont également été effectuées à 3 reprises afin d’évaluer la stabilité des gels à J0, J14 et J28. A J0, les viscosités ont été mesurées à température ambiante et après chauffage entre 30 et 32°C.

Résultats-discussion
Viscosité et étalement : aucune différence significative entre les différentes formulations n’a été observée quel que soit le moment de la mesure. Les variations de la concentration en alcool ne semblent pas avoir d’impact sur ces paramètres. La viscosité des gels ne change pas avec la température (température ambiante moyenne de 21,78°C ± 0,41, et température moyenne, après chauffage, de 30,62°C ± 0,33). Le comportement rhéologique des hydrogels était non newtonien. Les valeurs de la contrainte de cisaillement ont révélé une anomalie rhéologique : une légère thixotropie. La diminution de la viscosité des gels sous agitation peut permettre un confort d’utilisation lors de l’étalement sur les zones lésées. Au total, les mesures à J0, J14 et J28 montrent une stabilité de la viscosité signifiant une stabilité de la forme galénique sur une période d’un mois.

Conclusion
Le choix de la formulation à retenir ne se fera pas sur des critères de rhéologie mais sur les paramètres du précédent travail. Cette étude permet de valider la stabilité galénique de la forme hydrogel sur une période d’un mois, période correspondant à la durée d’une dispensation.

Forum de discussion

Le GERPAC met à disposition des adhérents à jour de leur cotisation un forum dédié spécifiquement aux discussions sur la PHARMACOTECHNIE

Aller au forum

GERPAC
Association Loi 1901
Siège social : Chez Jean-Yves Jomier / 8ter rue Léon Bussat, 64000 PAU
Immatriculation formation N° 72 64 035 30 64
Contacts Mentions légales - Gestion des données personnelles