Analyse des préparations de chimiothérapies non administrées (NA) : retour sur 5 ans d’expérience

E. DI FALCO , J. SANTASOUK, O. KAATZ-ESCHBACH, J. BOURBON, JD. KAISER Service Pharmacie-Stérilisation, Hôpitaux Civils de Colmar, 39 avenue de la Liberté, 68024 COLMAR

Introduction
L’organisation mise en place au sein de notre établissement conduit souvent à des validations médicales et pharmaceutiques des prescriptions avant la venue du patient en hôpital de jour. Le seuil de 1% de préparations de chimiothérapie NA est souvent cité comme référence. Le but de ce travail est d’évaluer l’évolution des préparations NA de 2015 à 2019, d’un point de vue quantitatif, financier, ainsi que l’analyse des motifs de non-administration.

Matériel et méthode
L’activité annuelle de production des chimiothérapies est extraite du logiciel CHIMIO®. Parallèlement, un suivi régulier des pertes est mis en place depuis 2014 via un support Excel® avec un recueil prospectif des préparations NA répertoriant : le principe actif, le dosage, le coût de la préparation, le motif de retour, la réattribution de la préparation le cas échéant. Le coût des préparations est calculé à partir du prix/mg des principes actifs. L’analyse des motifs de non-administration est effectuée à l’aide des dossiers médicaux des patients et des motifs saisis dans le logiciel CHIMIO®.

Résultats
En 2019, 24 042 préparations ont été réalisées soit une hausse d’environ +12% depuis 2015. De même, 354 préparations ont été retournées en 2019 soit une hausse de +80% par rapport à 2015. Parmi ces préparations retournées, 89% (315/354) n’ont pas pu être réattribuées et étaient NA, soit une hausse de près de +65% par rapport à 2015. Rapporté à l’activité, le taux de préparations NA et non réattribuées augmente de 0,42% depuis 2015 pour atteindre 1,31% en 2019, avec en moyenne 0,10% d’augmentation par année. Le coût global des préparations NA augmente de 241% en 2019 par rapport à 2015 et se chiffre à 149 286€. Cette augmentation est principalement liée à la prescription croissante d’immunothérapies dont la préparation est anticipée pour certaines (ex : nivolumab, pembrolizumab). Cependant, ces préparations anticipées et NA sont systématiquement réattribuées. La réattribution est 10 fois plus importante en 2019, permettant une atténuation des pertes de 79 688€. Ainsi, le coût global des NA est de 69 598€ (+80% par rapport à 2015). Les motifs majeurs de non-administration sont similaires d’une année à l’autre : les motifs cliniques et/ou biologiques (43%), les changements de prescription après feu vert (37%).

Discussion-Conclusion
Ces résultats seront transmis aux services de soins concernés pour réflexion et proposition d’axes d’amélioration afin de nous permettre de redescendre sous le seuil de 1% de préparations NA (motifs cliniques/biologiques, non venues des patients et changements de prescriptions). Ces propositions consistent par exemple à l’appel des patients la veille de leur venue. L’extension du 2ème feu vert après consultation médicale ou à l’arrivée du patient, déjà mis en place pour les molécules onéreuses, sera également discutée. Une fois appliquées, l’efficacité de ces mesures sera évaluée par des audits.

Visualiser le poster

Forum de discussion

Le GERPAC met à disposition des adhérents à jour de leur cotisation un forum dédié spécifiquement aux discussions sur la PHARMACOTECHNIE

Aller au forum

GERPAC
Association Loi 1901
Siège social : Chez Jean-Yves Jomier / 8ter rue Léon Bussat, 64000 PAU
Immatriculation formation N° 72 64 035 30 64
Contacts Mentions légales - Gestion des données personnelles